Comment mon avocat spécialisé dans les préjudices corporels sera-t-il rémunéré ?

Comment mon avocat spécialisé dans les préjudices corporels sera-t-il rémunéré ?

septembre 12, 2022 Droit Uncategorized 0

Dans les affaires de dommages corporels, les avocats et leurs clients ont une certaine liberté quant au choix de la convention d’honoraires. Le mode de rémunération d’un avocat spécialisé dans les préjudices corporels dépend généralement du côté de l’affaire qu’il représente : le demandeur (la personne blessée qui dépose la plainte) ou le défendeur (la personne qui est censée avoir causé le préjudice).

Les avocats spécialisés dans les dommages corporels représentent les plaignants

La chose la plus importante à savoir ici est que la grande majorité des avocats de la partie plaignante qui pratiquent le droit des dommages corporels seront payés dans le cadre d’un accord d’honoraires conditionnels.

Cela signifie que l’avocat ne reçoit pas d’honoraires pour ses services juridiques à moins qu’il ne parvienne à obtenir un recouvrement pour son client. En général, ces honoraires correspondent à un certain pourcentage (environ 33 %) du montant recouvré à la suite d’un règlement du préjudice corporel ou d’un jugement du tribunal après un procès.

Bien que l’accord sur les honoraires conditionnels soit relativement simple, il existe un certain nombre de variantes, telles que :

  • Le système mixte d’honoraires horaires et d’honoraires conditionnels : L’avocat reçoit un taux horaire réduit pour le travail effectué, même si le plaignant perd. Cependant, l’avocat recevra une « prime » qui dépend de la victoire ou du règlement de l’affaire. Ce bonus peut être un taux horaire supplémentaire et/ou un petit pourcentage du montant total recouvré.
  • Honoraires conditionnels dégressifs : Ce type d’accord fonctionne comme un accord d’honoraires conditionnels classiques, sauf que le pourcentage d’honoraires est dégressif et augmente au fur et à mesure que le litige progresse. Par exemple, si l’affaire est réglée avant qu’une action en justice ne soit intentée, le pourcentage des honoraires peut être de 25 %. Mais si le plaignant gagne après l’introduction d’une action en justice et que l’affaire va jusqu’au procès, les honoraires de l’avocat peuvent être de 40 % du jugement accordé au plaignant.
  • Honoraires conditionnels : Comme dans le cas des honoraires conditionnels, l’avocat du plaignant n’est payé que si son client obtient gain de cause. Mais à la différence des honoraires conditionnels, le montant que l’avocat reçoit dépend du temps qu’il consacre à l’affaire. Ce type d’accord est peu probable dans une affaire de dommage corporel, sauf si le plaignant a la possibilité de récupérer les frais d’avocat auprès d’un défendeur perdant.
Voir aussi :  Amende pour pneus défectueux : que faire ?

Avocats spécialisés dans les dommages corporels représentant les défendeurs

Pour les avocats qui défendent leurs clients dans des procès pour dommages corporels, la majorité des accords d’honoraires tournent autour de l’heure facturable. Par exemple, si un avocat consacre 32,5 heures à une affaire et facture 250 $ de l’heure, ses honoraires seront de 8 125 euros.

  • Acompte : Avant de commencer à travailler, le client verse à l’avocat une somme forfaitaire qui est conservée sur un compte bancaire spécial distinct du compte du cabinet. Au fur et à mesure que l’avocat termine son travail sur l’affaire, il retire des fonds de la provision.
  • Taux horaire mixte : Si plus d’un avocat travaille sur l’affaire, le taux horaire peut être un mélange du taux horaire le plus bas d’un avocat moins expérimenté et du taux le plus élevé d’un avocat plus expérimenté. Ainsi, au lieu de facturer 200 $ de l’heure pour tout le travail d’un associé débutant et 300 euros de l’heure pour tout le travail de l’associé principal, le client paie un montant forfaitaire de 250 euros de l’heure pour tout le travail.
  • Plafond horaire : Cette formule fonctionne de la même manière que l’accord sur les honoraires horaires, mais le montant maximum que l’avocat peut facturer au client pour une affaire juridique donnée est plafonné. Cette limite est en place même si l’avocat consacre plus de temps que prévu à l’affaire.

Qui paie réellement l’avocat spécialisé dans les préjudices corporels ?

Du côté du plaignant, étant donné que la plupart des avocats de ce type travaillent sur la base de contingences, si le plaignant obtient un recouvrement auprès du défendeur, les honoraires de l’avocat du plaignant proviennent du montant payé par le défendeur pour régler l’affaire (ou du montant que le défendeur est condamné à payer par le tribunal après un procès).

Voir aussi :  Pourquoi faire appel à Anne berthelot pour vos accidents de la route et erreurs médicales

Du côté du défendeur, si une police d’assurance de responsabilité civile s’applique à l’accident sous-jacent, la police n’indemnisera pas seulement le défendeur pour tout jugement ou règlement qu’il devra payer au plaignant (jusqu’aux limites de la police, bien sûr), elle fournira également une défense juridique au cas où le défendeur serait poursuivi. Cela signifie que la compagnie d’assurance choisira et paiera un avocat pour représenter le défendeur.

Si aucune police d’assurance ne couvre l’accident sous-jacent, le défendeur devra payer de sa poche les services d’un avocat. Si vous le souhaitez, nos partenaires vous expliquent en détail la démarche pour obtenir une indemnisation avec un avocat en droit du dommage corporel sur Bordeaux.


L’obligation de défendre de la compagnie d’assurance

La plupart des polices d’assurance responsabilité civile, telles que celles souscrites par les particuliers et les entreprises pour protéger leurs véhicules, leurs maisons et leurs entreprises, comportent une clause d’obligation de défendre. En vertu de cette disposition, la compagnie d’assurance est tenue d’assurer la défense juridique du titulaire de la police s’il est impliqué dans un procès concernant un événement qui déclenche la couverture.

Cette obligation de défense est très large. Elle exige que la compagnie d’assurance paie l’avocat du titulaire de la police pour sa défense dans le cadre de poursuites judiciaires, même s’il n’y a qu’un simple doute sur l’existence d’un événement déclencheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *