Roberto Succo : Retour sur l’affaire qui a terrifié la France, la Suisse et l’Italie

Roberto Succo : Retour sur l’affaire qui a terrifié la France, la Suisse et l’Italie

janvier 8, 2024 Droit 0

L’affaire Roberto Succo a marqué les esprits dans les années 80 en France, en Suisse et en Italie. Connue sous le surnom de « tueur fou », elle a suscité à la fois terreur et fascination. Roberto Succo, un jeune homme schizophrène, a commis une série de meurtres violents avant de se suicider en prison. Cette affaire a soulevé de nombreuses questions sur la nature humaine, la responsabilité pénale et les limites de la justice.

Dans cet article, nous explorerons en détail l’histoire troublante de Roberto Succo. Nous reviendrons sur ses origines familiales, marquées par une éducation stricte et autoritaire, ainsi que sur les premiers signes de troubles mentaux qui se sont manifestés chez lui. Nous nous plongerons ensuite dans le double parricide qu’il a commis à l’âge de 19 ans et son internement en hôpital psychiatrique.

Les origines de Roberto Succo

L’éducation stricte et autoritaire de sa mère

Roberto Succo est né en 1962 à Venise. Dès son plus jeune âge, il fait face à une mère étouffante et autoritaire qui exige le meilleur de lui. Il est l’unique enfant de la famille et est surprotégé tout en étant constamment soumis à des interdictions strictes. Sa mère contrôle tous les aspects de sa vie, refusant qu’il joue avec des camarades ou qu’il s’éloigne du foyer familial. Cette éducation étouffante crée une atmosphère irrespirable pour le jeune Roberto, et des tensions éclatent régulièrement.

Les premiers signes de troubles mentaux

À l’adolescence, Roberto ressent le besoin de s’échapper de ce climat familial oppressant. Mais les frustrations accumulées le plongent dans des colères noires de plus en plus fréquentes. Les relations avec sa mère se détériorent progressivement, et les disputes deviennent de plus en plus violentes. Il est alors évident que Roberto souffre de graves troubles mentaux, mais à l’époque, personne ne prête réellement attention à ces signes précurseurs.

Voir aussi :  Paris sportifs en ligne : légalité de Xbet et 1win en question

Le double parricide et l’internement en hôpital psychiatrique

Le 9 avril 1981, la situation atteint un point de rupture. Une violente dispute éclate entre Roberto et sa mère, et dans un acte de folie meurtrière, il poignarde celle-ci à plusieurs reprises. Par la suite, il attend le retour de son père pour l’assassiner également. Après avoir commis ces horribles actes, Roberto s’enfuit avec la voiture paternelle. Les autorités sont rapidement alertées, et une véritable chasse à l’homme est lancée pour retrouver le jeune homme.

Quelques jours plus tard, Roberto est finalement appréhendé. Lors de son interrogatoire, il avoue les meurtres de ses parents, mais prétend qu’il s’agit d’un accident. Des experts psychiatres sont appelés à examiner son état mental, et ils concluent à la présence de graves troubles, notamment une forme sévère de schizophrénie. Roberto est ainsi déclaré irresponsable de ses actes et condamné à 10 ans d’internement en hôpital psychiatrique.

L’internement et la guérison apparente

Après son arrestation, Roberto Succo est interné dans un hôpital psychiatrique à Bologne, en Italie. Pendant cinq ans, il est pris en charge par des médecins spécialisés qui tentent de comprendre et de soigner sa schizophrénie. À travers diverses thérapies et traitements médicamenteux, ils constatent une amélioration progressive de l’état mental de Roberto. Les symptômes psychotiques s’estompent peu à peu, laissant croire à une possible rémission.

Durant son internement, Roberto décide de poursuivre ses études et s’inscrit en maîtrise de géologie à l’université de Parme. Cette aspiration à se construire une vie normale et à intégrer la société traduit une évolution positive dans son parcours. Il semble reprendre pied et se projeter vers un avenir différent de celui marqué par la violence et la folie.

L’évasion et la cavale sanglante

Le 15 mai 1986, à la surprise générale, Roberto Succo décide de ne pas regagner l’hôpital psychiatrique après une sortie autorisée. Au lieu de cela, il se procure un billet de train pour la France et commence alors une cavale meurtrière dans les Alpes françaises. Cette évasion spectaculaire marque le début d’une série de meurtres violents et sordides qui vont semer la terreur sur son passage.

Voir aussi :  Comment régler un litige sur un prêt auto ?

Le premier meurtre en France est celui d’un policier, abattu lors d’un contrôle d’identité près de Chambéry le 3 avril 1987. Trois semaines plus tard, une jeune femme est enlevée au bord du lac d’Annecy et vraisemblablement tuée, bien que son corps ne sera jamais retrouvé. Succo révélera aux enquêteurs l’avoir jeté dans la mer près de Nice. Cette même journée, un médecin disparaît dans les Alpes-de-Haute-Provence et ne sera retrouvé que six mois plus tard.

Les enquêteurs ne parviennent pas immédiatement à établir le lien entre ces différents meurtres. Il faudra attendre le 24 octobre 1987, à Annecy, pour que Roberto Succo assassine une quadragénaire après l’avoir battue et violée. C’est cette mise en scène macabre qui permettra aux enquêteurs de faire le rapprochement avec les autres affaires et de dresser un portrait-robot du tueur.

Les efforts des enquêteurs et l’identification de Roberto Succo

Le 26 janvier 1988, une bagarre éclate dans un bistrot de Toulon à cause de Roberto Succo. Cette altercation permet finalement de l’identifier, mais il réussit à échapper à la capture en abattant un policier et en prenant la fuite. Il se réfugie ensuite en Italie, puis en Suisse, où il continue ses crimes, enlevant et violant plusieurs femmes.

Pendant ce temps, les enquêtes avancent en France. Les différentes affaires sont mises en relation, les témoignages sont recoupés, et le portrait-robot de Succo est diffusé dans tout le pays. C’est à ce moment-là qu’une lycéenne reconnaît Roberto Succo comme son ex-petit ami. Cette identification est un tournant décisif dans la traque du tueur fou.

L’affaire Roberto Succo prend alors une dimension internationale. Les autorités françaises, suisses et italiennes multiplient leurs efforts pour arrêter le fugitif. Les enquêteurs coopèrent étroitement, échangeant des informations et coordonnant leurs actions. Chaque nouveau meurtre renforce leur détermination à mettre fin à cette vague de violence.

Voir aussi :  Combien de temps faut-il attendre pour recevoir une convocation au tribunal ?

La capture et les débats judiciaires

Le 28 février 1988, après plusieurs mois de cavale, Roberto Succo est finalement arrêté en Italie. Malgré son arrestation, l’affaire est loin d’être close. En mai 1988, la justice italienne déclare une nouvelle fois Succo irresponsable de ses actes, invoquant sa grave schizophrénie. Cette décision suscite une vague de protestations en France, où les familles des victimes réclament son extradition pour répondre de ses crimes.

Les débats autour de la responsabilité pénale de Succo sont intenses. Certains remettent en question la déclaration d’irresponsabilité, arguant que les crimes perpétrés par Succo étaient prémédités et réfléchis. D’autres estiment que la schizophrénie de Succo a joué un rôle déterminant dans ses actes, le rendant incapable de comprendre la gravité de ses actions.

Le suicide de Roberto Succo et la clôture du dossier

Le 9 juin 1988, seulement quelques mois après son arrestation, Roberto Succo met fin à ses jours dans sa cellule. Il utilise un sac poubelle et une petite bonbonne de gaz pour s’asphyxier. Son suicide choque l’opinion publique et laisse les familles des victimes sans réponse et sans possibilité de voir Succo jugé et condamné pour ses crimes.

Le 19 juillet de la même année, la justice italienne clôt officiellement le dossier Roberto Succo. Malgré les controverses et les protestations, l’affaire est close du point de vue de la justice. Les familles des victimes doivent alors faire face au deuil et à la perte, sans pouvoir obtenir véritablement justice pour leurs proches disparus.

Les conséquences de l’affaire Roberto Succo

L’affaire Roberto Succo a laissé des cicatrices profondes dans les pays touchés par sa cavale meurtrière. Les familles des victimes ont été traumatisées et endeuillées, confrontées à une violence inimaginable. L’opinion publique a été saisie d’effroi et de fascination face à la cruauté et à la fascination du tueur fou.

Sur le plan judiciaire, cette affaire a également suscité des débats sur la responsabilité pénale en cas de troubles mentaux. Les limites de la justice ont été interrogées, et des réformes ont été envisagées pour mieux prendre en compte ces situations complexes où la santé mentale d’un individu peut influencer ses actes criminels.

Au-delà des conséquences directes, l’affaire Roberto Succo a également marqué les esprits en raison de la personnalité complexe du criminel. Sa schizophrénie et ses troubles mentaux ont suscité des questionnements sur la nature de la maladie mentale et son impact sur le comportement criminel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *